Les trois points de vue de la conscience

Les trois points de vue de la conscience


Par Philippe François

🚹 Mirabeau, Louis 16
🚹 Les hommes naissent et demeurent libres et Ă©gaux en droits.
🚹 Article 7. Tous sont Ă©gaux devant la loi et ont droit sans distinction Ă  une Ă©gale protection de la loi.
🚹 LibertĂ©, Ă©galitĂ©, fraternité 

Comment les hommes ont-ils pu adhĂ©rer Ă  ces sornettes, puisque c’est un monde de dominants
 Ils ont des privilĂšges et pouvoirs sur l’autre


La plupart des relations entre ĂȘtres humains ont Ă©tĂ© bĂąties, au sein de cette Dimension, sur un principe de dominant/dominĂ©. Une rĂšgle absolue, appelĂ©e aussi ordre de prĂ©sĂ©ance.

Le passage et l’évolution vers l’UnitĂ© s’accompagnent d’une disparition totale de ce rapport dominant/dominĂ©.

Il n’y a plus de notion de pĂŽle actif et de pĂŽle passif, que cela soit Ă  travers une relation homme/femme et inversement ou Homme/homme, ou Femme/Femme Ă  travers la sexualité 

Il n’y a plus de notion de domination, d’émission et de rĂ©ception. Les deux pĂŽles deviennent Ă©missifs. Il n’y a plus de possibilitĂ© de vivre au sein de ce qui est appelĂ© couple.

Les notions exclusives n’existent plus. La Conscience UnifiĂ©e fonctionne de façon inclusive, en rĂ©unifiant l’ensemble des Consciences.

À partir du moment oĂč l’on accĂšde Ă  la nouvelle Dimension, il n’y a plus de distance et il n’y a plus de sĂ©paration entre les Consciences et entre les activitĂ©s mentales.

En chemin, la conscience qui se modifie, se dĂ©couvre elle-mĂȘme, elle commence Ă  fonctionner sous l’action de la lumiĂšre de maniĂšre prĂ©unitaire, puis unitaire, dans ce processus de la fusion des deux consciences (Ă©phĂ©mĂšre et d’éternitĂ©) donnant accĂšs Ă  la conscience Une ou unifiĂ©e
 Ou Christique.. La dualitĂ© n’existe plus


Il n’y a plus cette dualitĂ© de l’ñme et se basculement entre les deux consciences, les deux plans, ou l’une voit le verre d’eau Ă  moitiĂ© plein et l’autre le verre d’eau Ă  moitiĂ© vide
 Unité 

D’ailleurs le Silence du CƓur devient omniprĂ©sent, car Ă  partir de cette Ă©tape, ce qui est Ă©mis comme pensĂ©es, comme attractions, comme dĂ©sirs, se manifeste sur l’ensemble de la collectivitĂ©.

Ainsi, dĂ©sirer un Être, mĂȘme dans le sens le plus noble, est connu instantanĂ©ment de l’ensemble de la collectivitĂ©.

D’oĂč les purifications en chemin, oĂč l’on arrive Ă  une platitude du mental, Ă  des Ă©tats de conscience sans pensĂ©es, Ă  des Ă©tats oĂč l’on a plus de plaisirs ou de dĂ©plaisirs..

Aucun mental, aucune rĂ©flexion, aucun dĂ©sir ou dĂ©plaisir, car il n’y a strictement aucune identification possible, tout est totalement englobĂ© dans une perception instantanĂ©e du comment et du pourquoi de chaque mouvement. Tout est immobile, parfait, Amoureux dans l’Amour. Il n’y a que l’Amour, uniquement l’Amour.

🩋🙏😍😍😍

Les 3 points de vue de la conscience.

Ces points de vue sont totalement différents les uns des autres et le mental a tendance à faire une confusion énorme entre ces points de vue, voire carrément zapper le dernier point de vue qui est celui de la libération.

Pour reprendre un schĂ©ma gĂ©nĂ©ral, prenons l’exemple de la piĂšce de thĂ©Ăątre.

Il y a l’acteur qui joue son rĂŽle tout en n’étant pas conscient de ce rĂŽle, puis l’observateur qui est assis face Ă  la scĂšne et qui observe le scĂ©nario sur la scĂšne et enfin le tĂ©moin qui est en dehors du thĂ©Ăątre et qui voit le thĂ©Ăątre dans son entier, mais aussi l’origine du thĂ©Ăątre et ce qui le contient.

Le 3e point de vue
 Le tĂ©moin
 AprĂšs la fusion de l’observĂ© et l’observateur, des deux consciences


Le troisiÚme point de vue est, donc, celui de témoin de la piÚce de théùtre.

Ce point de vue ne part d’aucune forme ni d’aucun point de dĂ©part et il n’est pas assujetti Ă  un organe, car c’est la conscience pleine, entiĂšre, illimitĂ©e qui a conscience d’elle-mĂȘme. Tout est perçu en chaque point et par chaque point.

Le témoin voit, par un percept qui ne demande aucun organe, car ce point de vue là est au-delà de toute forme, la totalité de la manifestation comme quelque chose de minuscule dans sa conscience illimitée.

Il ne peut plus y avoir d’extĂ©rieur ou d’intĂ©rieur, car il est Ă  l’origine de la manifestation, il est chaque chose manifestĂ©e. Il est Ă  l’origine de tout mouvement de cette manifestation, de tout Ă©vĂ©nement, mais il n’y est en rien impliquĂ©.

Il voit les mouvements de la vie qui sont les Ă©vĂšnements vĂ©cus par les acteurs comme absolument parfaits, mĂȘme les pires actes, du point de vue de la personne sont vues comme parfaites, car nĂ©cessaire Ă  une prise de conscience vers le retour Ă  l’ÉternitĂ© et totalement illusoires, donc sans possibilitĂ© d’atteinte en aucune maniĂšre que ce soit, de l’ÊTRE.

Aucun mental, aucune rĂ©flexion, aucun dĂ©sir ou dĂ©plaisir, car il n’y a strictement aucune identification possible, tout est totalement englobĂ© dans une perception instantanĂ©e du comment et du pourquoi de chaque mouvement. Tout est immobile, parfait, Amoureux dans l’Amour. Il n’y a que l’Amour, uniquement l’Amour.

La Conscience Pure est totalitĂ© du crĂ©Ă©, de l’incrĂ©Ă©, c’est l’ÊTRE, mais c’est aussi le NON-ÊTRE, car tout est perçu, mais rien n’est identifiable, ni identifiĂ©.

C’est l’ultime PrĂ©sence, mais c’est aussi l’Absence, car il n’y a rien ni forme, ni personne, ni volontĂ© d’aucune sorte.

C’est l’UNITÉ totale et indivisible de ce qui EST et de ce qui n’est pas, car ce sont deux faces simultanĂ©es de la mĂȘme piĂšce.

C’est l’ALPHA ET L’OMÉGA, le dĂ©but, la fin et tout ce qui est entre les deux, perçus dans le mĂȘme point de vue, et dans le mĂȘme instant. C’est l’État D’Amour, c’est l’État de CHRIST.

Ce point de vue permet non seulement de voir que ce monde est une illusion parfaite, mais grotesque, un hologramme ou un rĂȘve, mais aussi qu’il n’y a personne dans les corps et qu’il n’y a jamais eu personne.

Que mĂȘme la croyance d’ĂȘtre enfermĂ© est illusion, et que chaque corps dans sa diffĂ©rence et sa multiplicitĂ©, voire mĂȘme sa complexitĂ© est toujours et Ă  jamais dirigĂ©e par cette Source Unique, quel que soit le rĂŽle attribuĂ©, de mĂ©chant garçon ou d’Ancreur de LumiĂšre.

Dans ce point de vue lĂ , la transparence est totale.

Tout est dĂ©jĂ  rĂ©futĂ© et la Conscience Pure autoconsciente d’elle-mĂȘme, peut continuer la perception d’elle-mĂȘme ou non. Plus rien n’est Ă  lĂącher, plus rien non plus n’est Ă  dĂ©cider, ni la continuation du jeu ni l’arrĂȘt du jeu, ni mĂȘme comment se dĂ©roule la scĂšne de thĂ©Ăątre, ni mĂȘme encore le devenir de quoique ce soit aprĂšs la sortie dĂ©finitive de l’incarnation.

Tout cela n’a plus aucune importance, car tout est vĂ©cu dans le mĂȘme instant. Ceci est la libĂ©ration.

Le libĂ©rĂ© vivant vit ses trois points de vue de façon simultanĂ©e, en mĂȘme temps. Il peut redescendre dans la personnalitĂ©, mais tout de suite le point de vue ultime s’impose Ă  lui.

Le point de vue de confort permanent est le Soi, il vit l’UnitĂ© du manifestĂ© de façon permanente et dans l’arriĂšre-plan le point de vue Ultime est toujours lĂ .

Qu’il disparaisse ou qu’il soit dans le Jeu n’a plus aucune importance pour lui, car l’éphĂ©mĂšre est devenu sans intĂ©rĂȘt, mais sans dĂ©plaisir non plus.

Il peut disparaitre 15 h par jour ou 2 h par jour, le sommeil n’est plus un endormissement, mais une disparition ou la conscience stoppe la perception d’elle-mĂȘme.

Le libĂ©rĂ© vivant ne peut plus ĂȘtre dupe d’aucun jeu de mĂ©canisme de l’égo, du sien comme de celui de l’autre, mais cela le traverse totalement.

Il ne peut y avoir jugement, car c’est l’affaire de l’autre personne. Il n’y a pas non plus de besoin de dire à l’autre qu’il est dans l’illusion, car le Jeu est perçu comme parfait de fait pour chacun.

C’est ça l’ÉTAT d’Amour et uniquement ça.

Par contre le libĂ©rĂ© vivant ne peut plus ĂȘtre manipulĂ© de quelque façon que ce soit. Il ne peut plus non plus accepter de se laisser enfermer dans un rĂŽle quelque qu’il soit ou mĂȘme dans des habitudes.

Les conditions de sa propre vie l’indiffĂšrent, car sa propre libertĂ© ne peut ĂȘtre remise en cause.

Seul est nĂ©cessaire pour lui, l’Abandon total Ă  ce qui EST dans une acceptation totale de sa vie ou de sa mort, car seul l’Amour persiste et l’évidence que chaque chose est absolument parfait.

â€â€đŸŠ‹

Tout est visible dans la NoosphĂšre, tout ce qui se dĂ©roule en diffĂ©rents endroits de la conscience, en diffĂ©rents endroits du corps, en diffĂ©rents pays et tout ça s’alchimiste

C’est par cette conscience planĂ©taire que la Conscience individuelle rĂ©alise (au sein de la noosphĂšre) qu’il se passe quelque chose d’imminent.

Alors, cette imminence, chacun va la traduire de diffĂ©rentes façons, dans son vĂ©cu, dans ses rĂȘves, dans ses humeurs.

La noosphĂšre de GaĂŻa, c’est tout l’égrĂ©gore collectif de l’humanité  
C’est les restes de la structure mentale correspondant à l’Ancien Monde


C’est aussi les rĂ©ponses de l’HumanitĂ© Ă  la descente de la lumiĂšre et Ă  son dĂ©ploiement


☀🌈

La mĂ©tamorphose de la vie qui se vit est au-delĂ  de l’entendement humain

il reste alors l’Amour et le Silence, le vĂ©cu du TÉMOIN de la danse de la vie
.

Alors d’un sourire qui aime.
On laisse les choses, les ĂȘtres, les mouvements se faire et se dĂ©faire naturellement


C’est ça aussi
 l’ÉTAT d’Amour..

Les choses se font et se défont, dans une ronde infinie

C’est ainsi que va la Vie..

Notre CƓur s’harmonise au son de la Danse de la Vie
afin de danser sans fin.. La danse cosmique

La ronde de l’Amour


Tu comprendras, alors que VOULOIR (la personnalitĂ©) guĂ©rir, soigner, sauver, etc.. t’empĂȘche de vivre et de danser, la danse de la vie, de Kali


L’Amour, c’est aussi laisser l’autre, rĂ©aliser, ce qu’il a Ă  rĂ©aliser..

❀




Source https://philippefrancois.com/ ou VK Philippe François



Previous PostNext Post